Témoignage d'une militante section du Crédit Lyonnais à Marseille

Publié le 22/03/2017 à 09H28
Toute jeune, Sandrine Zammit (section LCL CFDT Marseille) avait déjà la fibre de l’engagement militant.

A 18 ans, au lycée de Martigues, elle mène des grèves contre la réforme des écoles et entraîne avec elle ses ami(e)s. Elle met également en place des actions caritatives pour les victimes de catastrophes naturelles.

Aujourd’hui, Sandrine est responsable de section chez LCL, et est titulaire de plusieurs  mandats, comme nous le verrons plus bas. Née à Marseille, elle grandit à Carry le Rouet. Sa famille est marseillaise depuis plusieurs générations.
Le premier job de Sandrine est un contrat de qualification au centre administratif LCL en octobre 2000, elle a 20 ans. Malheureusement, environ deux ans plus tard, le service ferme. FO s’empare du sujet. Mais pas au bénéfice de Sandrine qui apprend, 2 jours seulement avant qu’elle ne parte, sa mutation sur une plate-forme téléphonique à Marseille. Pourquoi ? FO est intervenue en son nom, sans lui demander son avis, et donc elle a été pénalisée car elle n’a pas pu bénéficier des mesures spécifiques d’accompagnement. « Sympa le premier contact avec une organisation syndicale ».

Après quatre ans en plate-forme téléphonique, Sandrine est mutée à l’agence de Martigues en tant que conseillère où elle travaille avec une collègue syndiquée à la CFTC. Celle-ci lui parle de son syndicat, mais Sandrine rétorque « ma mauvaise expérience avec FO ne m’incite pas vraiment à me syndiquer pour l’instant ». Pourtant l’idée fait son chemin et finalement elle s’inscrit sur les listes Délégués du Personnel sur la liste CFTC et est élue. Puis la Loi sur la représentativité de 2008 passe par là, et la CTFC, faute de représentativité, disparaît chez LCL.
Sandrine est alors repérée par la CFDT et s’inscrit sur ses listes DP. Contre toute attente, elle est élue et participe aux réunions DP une fois par mois. Son parrain de la section lui dit en rigolant qu’elle est « victime de son succès ». Après Martigues, Châteauneuf les Martigues et Carry le Rouet, Sandrine – dans l’idée de se réorienter – décide de faire un bilan de compétences. Et l’activité syndicale ressort de son bilan. Elle en parle à la CFDT et propose ses services.

Bingo : après quelques semaines les militants de la section CFDT, ayant remarqué ses compétences et sa rapidité d’apprentissage, lui proposent un détachement à temps complet et en quelques mois Sandrine devient permanente syndicale dans sa section syndicale LCL Marseille.
Dès janvier 2014, Sandrine, aidée par les anciens militants CFDT, prend ses marques en tant qu’élue DP et membre du CHSCT.
Elue ensuite élue au Bureau Syndical des Banques 13, et elle devient responsable du Développement.
En juin 2016, les élections se tiennent et la section régionale LCL regroupant les Alpes Maritimes, la Corse, le Var, la Provence et Marseille lui demande de se présenter au poste de Secrétaire de CE Méditerranée si elle est élue. « Mais je n’ai jamais été élue CE, cela fait peut être un peu beaucoup, non ? » leur dit-elle sur le ton de la plaisanterie. La CFDT sera là en soutien « rassure-toi, lui explique l’un de ses camarades, l’équipe sera là pour t’aider ». LCL a également une Coordinatrice Syndicale Régionale (CSR), un « Super DS, reconnu au niveau LCL » comme dit Sandrine qui chapote les sections de la région.

Finalement la CFDT remporte les élections et Sandrine est élue au Comité d’Entreprise. La CFDT fait plus de voix qu’aux dernières élections, mais doit faire alliance avec le Syndicat National de la Banque et du crédit (SNB), émanation de la CFE-CGC. Aujourd’hui le CE LCL est constitué de 3 élus CFDT, 3 élus SNB, 2 élus FO et gèrent 1 700 salarié(e)s sur la région PACA. La CFDT est majoritaire dans la région, alors que le SNB est majoritaire au niveau national. Sandrine et son équipe CFDT, depuis plus de 6 mois, font du super boulot, en gérant parfaitement les œuvres sociales du Comité d’Entreprise (chèques cadeaux, arbres de Noël, subventions, etc..). L’équipe  souhaite également mettre en place un site internet du CE pour faciliter l’accès aux salariés.

Sandrine est également membre du Comité Central d’Entreprise à Paris, et participe activement à diverses négociations d’entreprise au niveau national. Elle est également membre très active du Groupe Jeune CFDT de l’Union Régionale Interprofessionnelle PACA.

Cette jeune militante de 36 ans est très sollicitée et a beaucoup de travail à accomplir à divers niveaux de l’organisation syndicale. Mais elle peut compter énormément sur son équipe qui l’épaule et l’aide à tous les niveaux. L’équipe fonctionne parfaitement et elle le dit souvent « il n’y a pas de chef à la CFDT, tout le monde doit être autonome, chacun doit prendre sa place. »