La journée des droits des femmes c'est tous les jours de l'année, lire le témoignage d'une salariée cadre chez Orange

Publié le 14/03/2016 à 16H09
Lire le témoignage de Sylvie Chartier, salariée d'Orange, cadre manager au service clients Sud/Est depuis mars 2000.


20160226 100054 J'ai 53 ans, je suis cadre manager au Service Client ORANGE Sud-Est depuis  mars 2000. Je suis entrée  à ORANGE en 1981, je suis fonctionnaire et adhérente CFDT depuis février 2003.


 Avez-vous toujours eu le même métier depuis votre date d’entrée ? J’ai saisi  des opportunités  d’évolution depuis mon recrutement à Orange. J’ai gravi les  échelons un à un. J’ai débuté comme  employée et je me suis occupée  notamment de suivi de chantier (années 1993-1995), métier dit  masculin,  je me  suis régalée dans la tenue de ce poste où j’ai dû faire ma place car ce n’était pas  gagné  d’avance. Ensuite, je suis devenue agent de maîtrise en 1996, j’ai alors  débuté mon expérience  managériale  et  l’ai poursuivie en devenant cadre en  2000.
 Quelles sont vos missions dans votre poste ? Avant de prendre un poste de détachée permanente  pour la CFDT au sein d’Orange, j’étais manager et mes missions étaient de décliner la stratégie  d’entreprise, d’animer, d’accompagner  une ou plusieurs équipe-s dans le domaine de la relation client  afin d’atteindre les objectifs et de sans cesse valoriser le travail de ou des équipe-s dont j’avais la  responsabilité. Aujourd’hui, je suis détachée permanente et me consacre notamment à l’animation du  Réseau cadre et à leur accompagnement au sein d’ORANGE et je suis aussi sentinelle pour la S3C. 
 Avez-vous des missions à responsabilités, et lesquelles ?  Les missions à responsabilité sont mon  quotidien. En tant que manager, mes missions étaient l’accompagnement de mes collaborateurs-trices,  leur reconnaissance, la valorisation du travail accompli tant sur le plan qualitatif que quantitatif tout en  réalisant les objectifs de l’entreprise. L’humain a toujours prévalu dans mon management. Aujourd’hui,  mes missions au sein de la CFDT sont axées sur la défense, le soutien, l’accompagnement des salariées  que ce soit sur le plan individuel ou collectif. Je participe aux négociations afin d’assurer des conditions  de travail, de vie, de rémunération décentes pour nos adhérents certes mais surtout pour l’ensemble des salariés. J’ai acceptée ces missions car l’humain était au cœur de mon activité quotidienne.
Avez vous un accord d’entreprise sur l’EGALITE PRO ? Oui, le premier accord sur l’égalité professionnelle date d’avril 2004 à ORANGE et l’égalité est un sujet sur lequel je m’investis particulièrement. Il y a tant à faire sur le sujet car c’est un combat au quotidien que d’obtenir la reconnaissance du travail des femmes ainsi que la valorisation de leurs actions et aussi de participer à leur défense en cas de harcèlement moral ou sexuel en m’appuyant bien évidemment sur le réseau CFDT. A ce titre, je suis toute nouvelle membre du Réseau SENTINELLES de la CFDT pour la S3C et suis également membre de la Commission Egalité Professionnelle  au sein du CE de la Direction Orange Sud Est depuis début 2015.
Mes actions : au niveau des adhérent-e-s, militant-e-s CFDT chez Orange repose aujourd’hui sur de l’information, de la sensibilisation, de la défense des salarié-e-s. Au niveau de la Commission du CE, nous participons notamment à vérifier l’application des engagements du dernier accord sur l’égalité professionnelle de fin 2014 et sur la DO Sud Est, nous vivons une expérience très encourageante en vu de féminiser les métiers du technique où les femmes sont rares, une « classe des femmes » a été créée. 30 femmes sont rentrées dans le dispositif de formation. A l’issue de leur contrat de professionnalisation,  elles obtiendront le titre de Technicienne Réseaux en Télécommunications d’Entreprise et la plus value sera normalement leur embauche en CDI. Une autre mesure, parmi d’autres, que nous mettons en place au niveau de nos établissements secondaires. Nous suivrons les recrutements et promotions en terme de nombre de candidatures et nombre de salarié-e-s retenu-e-s en données sexuées.
Avez-vous déjà fait l’objet d’une différence de salaire entre les hommes et les femmes ou tout autre différence ? J’ai souvent subi des discriminations dans les années 2000 avant la mise en place des accords sur l’égalité professionnelle. J’ai managé de grosses équipes 20 à 30 personnes et était moins bien reconnue que certains de mes collègues masculins qui eux encadraient des équipes de 6 à 15 personnes. Mon manager était un homme. A mon retour de congé maternité en 2001, encore un homme manager m’avait précisé que comme j’étais absente, il ne pouvait pas me mettre d’augmentation managériale. J’ai mis, par exemple, 10 ans a passé d’un niveau intermédiaire de cadre à cadre confirmé au lieu de 3 à 5 ans pour les hommes.
Quand j’ai postulé il y a cinq ans sur un poste de manager technique, je me suis entendue dire encore par un homme que les compétences à acquérir étaient importantes et que l’on préférait y mettre un homme issu du domaine technique, comme si les femmes n’étaient pas en capacité d’apprendre !!!!!!
Aujourd’hui, ces différences s’amenuisent très lentement car l’empreinte de siècles culturels en défaveur des femmes ne se gommera pas aisément. Ce sont l’éducation, les pratiques au quotidien des hommes et, bien évidemment, des femmes qui concourront au respect et à la reconnaissance des femmes.
Votre situation de femme vous avantage-t-elle dans certaines situations ? Est elle un inconvénient dans certaines situations ? A partir du moment où j’assume ce que je suis, être une femme se pose comme un avantage en ce sens ou je m’adapte aux différentes situations quelles soient professionnelles ou personnelles. Cependant, ce peut–être un inconvénient si les personnes en face de moi sont sexistes et génèrent de la discrimination mais pour autant je l’exprime et fait valoir mes droits toujours en expliquant.
Je crois en l’humain et je pense que l’égalité s’installera progressivement. Néanmoins, le combat sera long et la vigilance sera toujours de mise. Je pense qu’il est important de souligner que sans la contribution de nombreux hommes à la mise en place de l’égalité professionnelle, nous n’y parviendrions pas. Je tiens à préciser que j’ai la chance de partager ma vie avec un homme qui en est un fervent défenseur. Je voulais terminer sur cette note très positive.