STMicroelectronics : La CFDT sera reçue par le ministère de l'Économie le 24 février

Publié le 15/02/2016 à 10H05
STMicroelectronics : La CFDT a rendez-vous le 24 février prochain au ministère de l’Économie sur le dossier STMicroelectronics pour parler du nouveau plan de restructuration. 

Depuis le 27 Janvier dernier et l’annonce de la restructuration de l'entreprise par Carlo Bozotti, PDG de STMicroelectronics, la CFDT attend des éclaircissements sur la stratégie de STMicroelectronics. Des explications et compléments d’information lui ont été communiqués dans le cadre du CCE, les 9 et 10 février dernier. Selon ces informations, la fin annoncée de l’activité numérique « set-top-box » et « gateways » ne sera pas progressive. L’arrêt brutal de ces activités aura des conséquences. La Direction a annoncé que la restructuration aurait un impact sur 2 000 emplois, dont la moitié en France, décliné en 430 suppressions de postes sur trois ans et 600 réaffectations.

Grâce à l’action de fond des organisations syndicales représentatives auprès des États actionnaires, la France limitera la casse sociale. La CFDT a l'engagement de la Direction qu'il n'y aura pas de départs contraints. Il n’en sera malheureusement pas de même pour les 1 000 autres salariés en cours de licenciement, hors du périmètre français.

La CFDT reste convaincue que les compétences liées aux activités numériques pourraient s’inscrire dans une stratégie complémentaire de « box du futur » pour véhicule. La réaffectation de 600 salariés en France devrait ouvrir des perspectives de croissance sur les marchés de l’IOT (Objets connectés) et « Automotive ».

La gouvernance à la tête de la compagnie est encore floue, mais les orientations des divisions recomposées démontrent que l’intégration des salariés de la branche numérique dégage des perspectives encourageantes. La Direction semble enfin découvrir que les compétences apportées par le redéploiement d'une activité sur une autre, ouvrent des relais de croissance. Il n'en reste pas moins que la CFDT demande une nouvelle équipe à la tête de l'entreprise, pour engager le rebond industriel de STMicroelectronics sans que le montant des dividendes des actionnaires reste la priorité.