L’Insee voit la courbe du chômage s’inverser en 2016 grâce à 210 000 créations

Publié le 23/06/2016 à 15H51
Le gouvernement l’attendait avec impatience. Tirée par la hausse de la consommation, la croissance devrait atteindre 1,6 % en 2016, avec pour conséquence de faire tomber à 9,5 % le taux de chômage en métropole à la fin de l’année, contre 9,9 % à la fin du premier trimestre. Dans sa dernière note de conjoncture publiée le 16 mai 2016, l’Insee anticipe la création nette de 210 000 emplois sur l’année, soit 22 000 de plus qu’en 2015. L’augmentation du nombre d’emplois salariés marchands se confirmerait avec une progression de 176 000 unités dans le tertiaire et l’intérim. En revanche, l’industrie continuerait à détruire des postes (-32 000), à un rythme équivalent à celui de 2015 (-33 000). Les pertes d’emplois seraient, elles, moins prononcées dans la construction (-4 000 contre -32 000 en 2015). L'emploi non marchand ralentirait sa progression (+38 000 après +47 000 l’année dernière).

 402918 prv

L’engagement emblématique de François Hollande d’inverser durablement la courbe du chômage pourrait donc finalement se concrétiser quatre ans après avoir été annoncé. D’après l’Insee, le taux de chômage en métropole devrait diminuer de 0,4 point au cours des trois derniers trimestres de 2016. À condition qu’un événement imprévu ne vienne changer la donne comme ce fut le cas avec la crise brutale de 2008-2009, le nombre de demandeurs d’emploi afficherait ainsi une diminution notable juste avant l’échéance présidentielle de mai 2017. De fait, plusieurs aléas existent, à commencer par l’annonce éventuelle, dans une semaine, d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne qui aurait des conséquences très négatives sur le climat économique international.
Le taux de chômage des jeunes a augmenté au 1er trimestre.
Pour l’heure, selon l’Insee, les voyants sont au vert sous l’effet conjugué de "l’accélération de l’activité et des mesures successives pour enrichir la croissance en emplois : CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), Pacte de responsabilité et de solidarité, ainsi que le plus récent plan d’urgence pour l’emploi".
La situation resterait cependant difficile avec un nombre de chômeurs qui tournerait toujours autour de cinq millions de personnes fin 2016, toutes catégories de demandeurs d’emploi confondues. Si la tendance reste positive dans la durée, il faudra donc plusieurs années pour retrouver un taux de chômage proche des 7 % comme c’était le cas en 2008. Parmi les signaux négatifs, les jeunes, priorité du quinquennat de François Hollande, ont vu leur taux de chômage augmenter au premier trimestre 2016 (24,2 % soit +0,3 point sur trois mois).